Virus (roman) – Wikipedia – ecrire son livre sur word

Virus (の 日 Fukkatsu no hi), Littéralement Jour de la résurrection est un 1964 post-apocalyptique science fiction roman écrit par Sakyo Komatsu. Le film a été adapté dans un film du même nom en 1980.

Une traduction anglaise a été publiée en novembre 2012.

Résumé de l'intrigue(modifier)

Une mission spatiale américaine en 1964 rassemble un groupe de microbes en orbite terrestre et est ensuite retrouvée par des chercheurs américains en biowarfare. Deux microbes se révèlent être coccussupergermes capables de survivre dans zéro absolu et ont le potentiel de croître de manière exponentielle dans des conditions terrestres. Un des chercheurs, le Dr Meyer, découvre la capacité de régénération du germe et tente d'arrêter les travaux sur le projet. Cependant, un échantillon de germes est volé et envoyé au laboratoire britannique de recherche sur la guerre des germes à Porton Down pour le développement ultérieur.

En février 196X (en réalité 1970, plus tard connu sous le nom d’Année de la calamité), un scientifique de Porton Down passe en contrebande un échantillon du virus développé, baptisé MM88, et le confie à un groupe d’hommes chargés de apportez-le à Dr. Leisener, un biologiste moléculaire tchèque qui est habile à développer des antidotes pour cela. Le scientifique, le Dr Karlsky, insiste sur le fait que le germe ne doit jamais être exposé à des températures chaudes. Cependant, les hommes le doublent et un assistant le tue plus tard sous prétexte de suicide. Le groupe quitte l'Angleterre pour un rendez-vous avec des agents de renseignement américains en Turquie. Ils ne le font jamais; leur avion s'écrase dans les Alpes au beau milieu d'une tempête de neige et la fiole contenant le virus se déchire. Le site de l'accident fait l'objet d'une enquête, mais les enquêteurs n'ont pas pu l'associer au vol du virus.

Le virus, qui est conçu pour se greffer sur d’autres maladies existantes et les rendre plus meurtrières, commence à se reproduire avec l’arrivée du printemps dans les Alpes. Bien que certaines communautés locales aient signalé de petits animaux tombant soudainement morts dans leur région, un Italien idole de matinéeLa mort d'un accident d'automobile au début du mois de mars suscite l'attention des médias. Sa petite amie décède peu après une conférence de presse huit jours plus tard, mais pas avant, elle révèle que l'acteur est décédé d'une crise cardiaque juste avant l'accident, alors qu'il était en bonne santé. Plusieurs pays européens font également état de morts subites d’importants animaux d’élevage.

Au cours du deuxième trimestre, des épidémies de grippe et polio ont lieu partout dans le monde, et les nouvelles de crises cardiaques aléatoires accablent même les journaux. Une autre maladie tue également les poulets et leurs œufs au moment même où les scientifiques ont besoin d’acquérir d’importants stocks d’œufs pour la mise au point de vaccins. Les épidémies de ce que l’on appelle la grippe tibétaine commencent à faire de nombreuses victimes, plusieurs pays faisant état de centaines de milliers de morts à la suite de crises cardiaques aléatoires. Le premier ministre et le premier ministre de l’Union soviétique décèdent de la maladie et Meyer est fermement attaché à la cause. Institut Sloan-Kettering pour empêcher de révéler la vérité sur le virus. Les choses sont aussi pires dans la communauté scientifique; le fait que seuls les chercheurs de Porton Down, aujourd'hui décédés, ne connaissent l'existence des microbes de l'espace (qui ont été supprimés pour des raisons de confidentialité) entrave les efforts visant à développer une vaccin. Presque toute la vie sur Terre est morte de la maladie à la fin du mois d'août.

Comme le pandémie diffuse dans le monde entier le personnel de plusieurs stations de recherche internationales de Antarctique commencent à mettre en commun leurs ressources pour créer une nouvelle société dans la glace sous le prétendu "Conseil suprême de l'Antarctique (SCA)". Un scientifique de Sloan-Kettering contacte le Dr Meyer et est en mesure de rassembler toutes les informations sur le virus pour les transmettre aux bases antarctiques avant sa mort. Un US Polaris sous-marin de missile balistique, l'USS Néréideet un sous-marin soviétique, le T-232, prendre contact avec le SCA et sont accueillis dans un espace improvisé base sous-marine à Hope Bay.

Au cours des quatre prochaines années, la communauté de l'Antarctique – estimée à 10 000 personnes – brise progressivement les affiliations nationales et apprend à vivre ensemble tout en exploitant les ressources naturelles du continent. La grande communauté ne compte que 16 femmes – toutes en âge de procréer, et la SCA souhaite leur faire subir des rapports sexuels consensuels à des fins de procréation. En même temps, les deux sous-marins sont envoyés en mission de recherche dans le monde entier, laissant ainsi au séismologue japonais Yoshizumi le temps de mettre au point une méthode spéciale de prévision des séismes.

À la fin de 1974, l'un des rapports de Yoshizumi a attiré l'attention de la direction du SCA. Il leur parle d'un puissant tremblement de terre quelque part en Alaska qui devrait avoir lieu vers le printemps 1975. L'amiral Conway et le major Carter des États-Unis révèlent que le tremblement de terre pourrait détruire un Ligne d'alerte précoce distante station en état et en cours de fonctionnement le système de réaction automatique (ARS), un ordinateur de commande pour l’arsenal stratégique américain. Le général Garland, président du Comité des chefs d'état-major, a activé le système avant sa mort, à la fin de la pandémie. Les deux officiers américains reconnaissent que l'ARS est né d'une politique anti-soviétique intransigeante. un nouveau régime entré en fonction en 1969 s'employait à conclure un accord de désarmement nucléaire avec les Soviétiques au moment de la pandémie. Le contingent soviétique admet que certains de leurs missiles pourraient être ciblés sur une base de roquettes américaine en Antarctique, désormais désaffectée.

Dans le cadre d’une mission spéciale intitulée Opération Fireman, Yoshizumi et le major Carter se sont portés volontaires pour se rendre au bunker de commandement de l’ARS situé sous la Maison-Blanche; deux volontaires soviétiques se rendent à Moscou à bord du T-232 d'arrêter leur propre version de l'ARS. Yoshizumi et le major Carter – qui ont été vaccinés par le scientifique français Henri Louis De la Tour avec un vaccin expérimental dérivé d'échantillons du virus irradié par une énergie neutronique – arrivent à Washington à peu près au même moment que le tremblement de terre en Alaska. Ils se démènent pour atteindre le bunker ARS – juste au moment où le système passe au statut de tir. Déjà ému par la douleur d'une morsure de serpent et voyant un jeune squelette ressemblant à sa fille morte, Carter se suicide et Yoshizumi reste dans le bunker, alertant le Néréide de se diriger immédiatement vers l'eau libre alors qu'il s'assoit échange nucléaire. Le sort de l’équipe soviétique reste inconnu, mais de la Tour a révélé plus tard qu'aucun missile soviétique n'avait touché l'Antarctique et que la plupart des ogives étaient en réalité armes à neutrons; leurs rayons radioactifs mutent le virus sous une forme qui n'affecte pas les humains. Il est implicite que le Néréide a survécu à la frappe nucléaire.

Deux groupes de survivants arrivent dans le sud de l'Argentine au cours de l'hiver 1978 et 1979. Un troisième et beaucoup plus grand groupe de survivants suit en décembre 1979. Ce groupe est abasourdi de voir Yoshizumi sortir de sa cachette à proximité. Il a passé les dernières années à le chemin de Washington, prouvant que le vaccin de la Tour a fonctionné. En août 1980, dix ans après la pandémie, la colonie humaine en Argentine se prépare à envoyer une équipe d'exploration à l'intérieur des terres.

Personnages(modifier)

Japonais(modifier)

  • Yoshizumi – Un sismologue affecté à Station de Showa en 1970, Yoshizumi est le protagoniste principal du roman. Il reste dans l'Antarctique tout au long de la pandémie. Dans le prologue du roman se déroulant en mars 1973, Yoshizumi considérait en réalité que l'émergence de la surface de la baie de Tokyo allait mourir, mais il a été retiré à la dernière minute. Après l’échange nucléaire, il se dirige vers le sud pour redescendre sur la côte est des États-Unis jusqu’au Texas et traverse le canal de Panama en 1977. Il finit par récupérer de l’épuisement après que les survivants l’ont retrouvé.
  • Tatsuno – L'un des collègues de Yoshizumi à la gare de Showa, Tatsuno se fissure progressivement sous la contrainte du réglage de la base. radioamateur recevoir des émissions du monde entier. Il est mentalement instable après une tentative infructueuse de parler à un jeune garçon en Arizona – le garçon ne reçoit pas ses signaux et se suicide.
  • Noriko – La petite amie de Yoshizumi, Noriko, est une journaliste qui est contrainte de couvrir la pandémie. En août, elle meurt de la maladie dans son appartement en pensant à Yoshizumi.

les Américains(modifier)

  • Président Silverland – Un enragé anti-communiste et avant-dernier président des États-Unis de 1965 à 1969, Silverland a construit son administration avec un désir singulier de détruire l'URSS, dans un renversement apparent des espoirs de paix de l'administration Kennedy. Cette paranoïa a par la suite contribué à ce que Silverland soit démis de ses fonctions aux élections de 1968. Son successeur anonyme a ensuite pris une position plus pacifique, prévoyant même de signer un accord mondial. désarmement nucléaire traité avec l’URSS et d’autres États nucléaires si ce n’était la pandémie.
  • Général Garland – Président des Joint Chiefs au moment de la pandémie, Garland était lieutenant-général lorsque Silverland travailla avec lui pour développer l'ARS en 1966. Bien que le régime qui avait pris ses fonctions en 1969 renverse la politique anti-soviétique de Silverland, ARS est resté actif et Garland a saisi de force les clés d’accès du président et du vice-président au moment de leur décès. Il meurt également dans le bunker de commande ARS – mais pas avant d’activer le système.
  • Admiral Conway – commandant du contingent antarctique américain, Conway faisait à l'origine partie de l'opération américaine visant à établir une base de fusée spatiale en Antarctique – qui est en réalité un IRBM base ciblant des alliés soviétiques en Afrique et en Amérique du Sud. Une fois que le SCA est établi, il en devient le dirigeant de facto et gère l’ensemble de la communauté avec l’aide de plusieurs responsables des anciennes nations.
  • Major Carter – Un commandant de l'armée américaine, Carter s'est révélé avoir fait partie de l'équipe de développement de l'ARS et a été affecté au groupe antarctique américain pour surveiller l'Amiral Conway. Il se porte volontaire pour accompagner Yoshizumi à Washington afin de fermer l'ARS, mais se suicide plus tard.
  • Capitaine McCloud – Le skipper du Nereid, McCloud est contacté par la SCA et invité à envoyer son sous-marin dans l'Antarctique. Le Nereid est en fait l'un des deux sous-marins américains contactés pour se diriger vers l'Antarctique. McCloud est condamné à couler le deuxième sous-marin après que son capitaine a signalé une infection parmi les membres de l'équipage.

Les soviets(modifier)

  • Dr Borodinov – Le chef de la Équipe hivernante antarctique soviétiqueBorodinov est le vice-président du conseil de la SCA.
  • Capt Nevsky – Un représentant de la Ministère de la défense soviétiqueNevsky révèle l'existence d'un homologue soviétique à l'ARS logé au Kremlin. Comme le major Carter, il se porte volontaire pour l'éteindre, mais son destin reste inconnu.
  • Irma – Une femme d'âge moyen, elle est l'une des 16 femmes qui sont engagées comme mères de substitution pour continuer la race humaine. Elle finit par craquer pour Yoshizumi avant son départ pour l'opération Fireman.

Adaptation de film(modifier)

Une adaptation cinématographique du roman a été publiée par Kadokawa Films en 1980 avec Masao Kusakari comme Yoshizumi. Le film a été tourné à plusieurs endroits, y compris l'Antarctique et le Machu Picchu au Pérou. Une grande partie du matériel du roman a été ajusté pour le film. Certains des changements comprennent:

  • Modification du paramétrage du laboratoire d’armes biologiques de Porton Down en un lieu secret en Allemagne de l’Est.
  • L'exposition réelle de l'accident d'avion dans les montagnes.
  • Noriko est réécrite en tant qu’infirmière au lieu d’un journaliste.
  • La taille de la communauté antarctique est passée de 10 000 à 863 personnes au total.
  • Le Nereid a ordonné de couler le T-232.
  • Le nom de la maladie est passé de "grippe tibétaine" à "grippe italienne", à la suite de la propagation initiale du virus dans le nord de l'Italie.

version anglaise(modifier)

Viz Media empreinte Haikasoru a publié une version anglaise du roman en novembre 2012. Traduit par Daniel Huddleston, le roman compte 312 pages.(1) Le bureau Sakyo Komatsu et IO Corporation ont attribué les droits de traduction avec l'aide du Japan Foreign Rights Center.

Réception critique(modifier)

Le roman a recueilli des critiques mitigées.

Pat Padua, de blogcritics.org, a déclaré que le livre était un "récit édifiant, extrêmement pénible", soulignant l’exécution de la trame de fond derrière le virus.(2)

Références(modifier)

Liens externes(modifier)


#écrire un livre pdf
#aide pour écrire un livre de cuisine
#ecrire un livre les etapes

Laisser un commentaire