7 façons dont la création de listes vous aide à produire du travail savant – comment écrire un livre technique pdf

jeC’est facile de se moquer du formulaire: "10 façons de pimenter la vie amoureuse de votre chien" ou "87 astuces pour utiliser un Q-Tip". La culture Internet est inondée de "listicles". Vous les détestez peut-être, mais vous les aimez peut-être aussi et vous vous retrouvez parfois en train de cliquer sur l'appât. Si vous avez dépassé un certain âge, vous pourriez voir ces listes comme la fin de l’écriture intelligente, le triomphe de la courte durée d’attention des Millennials. Ou, si vous êtes vraiment suranné, il est possible que vous n’ayez jamais entendu le mot liste.

Les listes sont un sous-produit de l'ère des blogs, quand tout le monde est devenu un écrivain, capable de se faire payer quelques dollars (et je dis bien quelques-uns) pour avoir fourni du contenu. Écrire une liste ne nécessite pas de compétences artistiques délirantes. Habituellement, ce type d'article a un but étroit, et les lecteurs pourront au moins l'écraser si les teasers sont assez juteux. Même des publications historiquement encombrantes comme Le New York Times avoir tourné vers les listicles dans le but de maintenir notre capacité d'attention décroissante. Heureusement, de telles publications ne vous obligent généralement pas à cliquer sur des diapositives individuelles ou à traverser un tas d’annonces pour voir ce qui va suivre.

Obtenez des conseils rapides pour votre vie universitaire

Inscrivez-vous pour recevoir notre bulletin d'information Quick Tip: Deux fois par semaine, nous vous enverrons rapidement des conseils pour vous aider à réussir. C'est gratuit à recevoir et vous obtiendrez une combinaison de petites suggestions conçues pour vous aider à réussir dans votre travail et votre vie universitaire.

Mais voici une pensée pour les lecteurs universitaires: Faire une liste peut être un moyen utile d’organiser un écrit – même un morceau d’écriture savante.

Cette idée m'est venue à l'esprit après une conversation avec un ami qui, en tant que professeur de médecine et médecin, participe à une étude géante avec 21 co-auteurs. Il essayait de rédiger un article résumant l’importance du travail pour une nouvelle modalité de traitement, mais il a déclaré qu’il était impossible d’obtenir des commentaires utiles sur un brouillon.

Je me suis dit que l'une des stratégies pourrait être de demander à chacun de ses co-auteurs de dresser une liste qui décrit ce qu'ils considèrent comme les aspects les plus importants de l'étude – quelque chose comme: Les 10 principales raisons pour lesquelles cette étude est importante. Idiot? Peut être. Mais c’est au moins un moyen de sonder et de condenser les idées d’un groupe de 21 médecins universitaires.

Voici quelques raisons pour lesquelles un listicule pourrait fonctionner pour d'autres universitaires – soit comme un outil avant d'écrire, soit comme un moyen utile de réviser. Les licornes peuvent:

Forcer une hiérarchie. Faire une liste peut être un moyen de trier les informations. En d’autres termes, si vous ne suivez pas l’ancienne approche de David Letterman, qui consiste à partir du n ° 10 jusqu’au n ° 1, vous commencez généralement par les points les plus importants.

Parfois, lors du brainstorming initial, lorsque vous corrigez des idées et les combattez sur la page, l’ordre n’est pas correct. Vous pouvez le voir plus facilement lorsque les idées sont présentées sous forme de puces ou de points numérotés que si vous avez du mal à trier des dizaines de phrases auxquelles vous êtes déjà attaché, ou des paragraphes menant à d’autres voies.

Produire des phrases de sujet audacieux. Trop d'écriture académique est lâche. Nous évitons de sortir et de faire des réclamations fortes en se couvrant, en se qualifiant et en se tortillant. Lorsque vous écrivez un listicule, vous devez mettre chaque point en gras. C’est une bonne pratique pour les universitaires qui ont tendance à patauger, à errer et à se perdre dans nos propres fourrés de prose.

Avec de bonnes lettres, le plus gras, mieux c'est. Vous voulez d’abord attirer l’attention du lecteur, puis donner une explication plus nuancée. En gros, cela se traduit par l’écriture d’une grande phrase d’introduction, suivie d’un paragraphe charnu. Vous pouvez étoffer chaque point dans une section d'un article ou un chapitre d'un livre.

Exposer le trivial, l'extraordinaire et les lacunes. Rappelez-vous le vieux Rue de Sesame chanson qui disait: "L’une de ces choses n’est pas comme l’autre"? Une liste peut vous aider à repérer les valeurs aberrantes. Si vous constatez qu'un élément de votre liste de projets n'a pas la même importance que les autres, il est peut-être nécessaire de le supprimer ou de le remplacer dans une autre section.

Si vous essayez d’écrire une liste sur votre projet avec un nombre de points défini (10 par exemple), il sera tentant d’inclure des éléments uniquement pour atteindre l’objectif. Mais si vous ajoutez quelque chose pour occuper une place, cela ressemblera à du remplisseur. Et c’est aussi un bon indicateur que ce contenu particulier pourrait ne pas être digne d’être inclus dans votre manuscrit.

En prose, il est facile de se perdre dans le brouillon et d’omettre des points importants. Regarder une liste peut aider à montrer ce qui manque. Inversement, le fait de parcourir une liste peut afficher des idées qui n’appartiennent pas à la liste – des choses intéressantes ou qui méritent une enquête plus approfondie, mais qui ne sont pas fondamentales pour le sujet à l’étude.

Rendez votre argument collant. Owen Astrachan, professeur d’informatique et ami, m'a dit un jour: "J'enseigne en slogans". J'ai adopté cette pratique. Les slogans sont collants. Lorsque les élèves les répètent, vous savez qu'ils se sont souvenus.

La même chose vaut pour l'écriture. Rédigez une liste de points clés susceptibles de donner envie aux lecteurs de continuer à lire. Lorsque vous écrivez chaque point, pensez à présenter le cas d’une manière que le lecteur se souviendra. Nous avons tous eu des étudiants qui étaient impatients de recevoir des explications nuancées et qui voulaient simplement tirer les leçons d’une conférence. J'ai été cet étudiant et vous aussi sans doute en écoutant des conférences mal organisées. Dans vos propres écrits académiques, il n’aurait pas de mal à garder l’expérience du lecteur à l’esprit.

Sauvegardez vos idées. Ceux d’entre nous d’un certain âge peuvent souffrir d’un TSPT léger en apprenant à écrire les grandes lignes de leur enfance. Parce que j’étais souvent pris dans le mélange de chiffres romains et arabes, la soupe à l’alphabet des majuscules et des minuscules, je ne me suis pas rendu compte de l’utilité de cet outil.

Ces jours-ci, j'ai tendance à penser en écrivant. (E. M. Forster: "Comment puis-je dire ce que je pense avant de voir ce que je dis?") Ainsi, lorsque je fais une liste de mes points principaux, je préfère appuyer chacun d'eux en détail avec des paragraphes de prose. Faire cet exercice peut vous aider à localiser les objets sur une partie de votre argumentation – et les endroits où vous ne les avez pas.

La productivité de la chronique
Guide de rédaction et de publication

Offrez un autre type de représentation visuelle. Dans une précédente rubrique, je vous racontais une technique d'écriture que j'avais apprise: avant de vous asseoir pour écrire un livre ou un article, organisez vos idées en faisant une présentation PowerPoint. Je suis toujours un grand fan de cette stratégie et pense que cela peut être terriblement utile. Tout récemment, j'ai utilisé PowerPoint pour organiser une proposition de livre complexe. J'ai codé la couleur de différents threads afin que je puisse voir comment le corriger ensemble.

Auparavant, j’ai toutefois créé une liste des principaux arguments que j’essayais de faire valoir.

Faites votre argument immédiatement évident pour les lecteurs. C’est un dur travail de lire le brouillon de quelqu'un d’autre. Souvent, les points que vous pensez avoir soulevés – ceux que vous considérez comme les plus importants – s’égarent dans un labyrinthe de phrases longues qui sont parfaitement nettes lorsque vous les écrivez mais que vous perdez quelque chose sur la page.

Et cela me ramène à mon point de départ: un groupe de 21 médecins universitaires offrant de longues évaluations d'un brouillon déjà très dense et obligeant une personne à effectuer toutes ses révisions. Cela me semble être une tâche fastidieuse, accablante et ingrate.

Mais que diriez-vous d'obtenir leur contribution via des listicles? Cet exercice permettrait peut-être de s’accorder sur les points clés et d’atteindre le sommet. Des ludiques pourraient permettre aux auteurs de comparer ce qu’ils pensaient tous être essentiel, ou du moins de voir où se situent leurs désaccords. Ce serait plus facile que de patauger dans une grande gerbe de prose et beaucoup plus amusant à discuter.

Non, je ne dis pas que les bandelettes peuvent être utilisées à la place d’articles scientifiques. De même, je suis toujours choqué de voir que des personnes utilisent encore PowerPoint dans les présentations de conférence. Ce sont des outils utiles pour organiser, mais ce n’est pas la même chose que pour produire une prose raffinée ou des exposés percutants.

Il est difficile d’écrire un bon livre ou de faire un bon discours. Je suis en faveur de tout ce qui rend ce travail un peu moins pénible.

Rachel Toor est professeure en création littéraire au programme d’écriture de la Eastern Washington University à Spokane. Son dernier livre, Écrivez à votre façon: Réalisez un essai inoubliable sur les admissions au collège, a été récemment publié par University of Chicago Press. Son site est Racheltoor.com.

#comment faire pour écrire un livre de cuisine
#comment ecrire un livre de jeunesse
#écrire un livre combien ça rapporte

Laisser un commentaire