Ragdoll – Daniel Cole – Chronique méchante…

Ragdoll – Daniel Cole

La bête noire

Je me suis bien marré en lisant le début du bouquin. Tout le monde en a parlé avant qu’il sorte et les éditeurs ont balancé grave de la thune pour acheter les droits. Ouais. Il y en a qu’ont même dit que c’était le nouveau « Da Vinci Code », ce qui va pas me faire beaucoup d’effet, on va pas se mentir. C’est un premier roman qui va faire des piles dans les librairies, et ça, ça me gonfle en général.

Alors je l’ai lu. Je l’ai bien lu. Je l’ai vraiment lu. D’autant que la plupart des lecteurs du ouaibe sont dithyrambiques et quand ils sont dithyrambiques, en général, je tombe de mon canapé, parce que je comprends pas pourquoi.

Alors ?

Pourquoi tu fais deux chroniques ?

C’est ta question.

Alors je t’explique.

Je me rends compte que je suis de moins en moins exigeant, et ça c’est pas bon. Ça veut dire que je fais de moins en moins gaffe à ce que les auteurs nous donnent à bouffer. Pourquoi ? Parce qu’on nous vend de la soupe, de plus en plus. Et pour ce roman, on est en plein dans le potage aux vermicelles. C’est un truc classique, mais pas dans le bon sens du terme.

Banal.

Déjà vu.

Ordinaire.

Le serial-killer innocenté par une justice de merde, et donc le flic qui décide de lui faire la peau. Alors bien sûr le flic est viré parce que ça se fait pas. Et puis on lui téléphone parce que quelques années plus tard, on trouve un cadavre fabriqué avec des morceaux de gens qui à priori sont morts. La tête du cadavre, c’est celle du fameux tueur en série innocenté au début du bouquin. Tu suis ?

Tu t’es fait chier ? Moi aussi.

On se marre, mais question histoire, ça reste un peu léger. C’est mon avis.

Va falloir chercher le tueur. Le nouveau, pas l’ancien, puisque sa tête, à l’ancien, elle est en haut du cadavre, le nouveau. Essaye de suivre, sinon, toi aussi, tu vas finir par rigoler, et c’est pas drôle, c’est un roman NOIR…

Tu tombes sur des pépites, qui parsèment le bouquin, dans le genre « Les perles du BAC 2017 », avec des descriptions complètement hallucinantes du décor dans lequel évoluent les personnages, du nombre de murs qui composent les pièces, comme si, par extraordinaire, il en avait fallu plus de quatre.

Me fais pas dire ce que j’ai pas encore dit.

C’est pas mauvais, dans le sens où c’est pas à chier, mais bon, je m’attendais vraiment à un truc qu’allait me renverser par terre.

Raté.

T’es pas obligé d’aller le chercher.

Va plutôt acheter un David Vann ou un Wagamese !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *